Cécile Sauvage


Cécile Sauvage
Cécile Sauvage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(20 juillet 1883 - 26 août 1927)

Mère du compositeur Olivier Messiaen, elle évoqua

 «leur» grossesse dans L’âme en bourgeon.

D’autres recueils évoquent la campagne où elle vécut.

  

 

Choix de textes de Cécile SauvageFumées (1910)

1)

L’homme et son fils menant leur vache d’un pas lourd

S’en vont sur le chemin luisant encore de pluie.

Un soleil velouteux et gris de petit jour

Enveloppe en rêvant la montagne endormie.

La vache dit adieu à son dernier matin:

Plus jamais le pré vert où sautait sa mamelle

Lourde et riche à plaisir d’un printanier butin.

Pourtant, que cette aurore a l’air d’être éternelle!

2)

Femme pensive, nue et qui flottes sur l’eau

Entre les pâles lys et les frêles bouleaux,

Les deux bras repliés, les jambes allongées

Et toute ta beauté vaguement émergée;

Que regardent tes yeux dans le ciel bas et gris?

Ne te sens-tu pas fuir sur ce fleuve endormi

Et dont le mouvement invisible et tranquille

T’entraîne abandonnant les rives immobiles?

3)

Dans l’ombre de ce vallon

Pointent les formes légères

Du Rêve. Entre les bourgeons

Et du milieu des fougères

Émergent des fronts songeurs

Dans leurs molles chevelures,

Et des mamelles plus pures

Que le calice des fleurs.

Ô rêve, de cette écorce

Dégage ton souple torse,

Tes deux seins roses et blancs,

Et laisse dans le branchage

Retomber le long feuillage

De tes cheveux indolents.

Ne sors jamais qu’à demi

De cette écorce native

Et reste à jamais captive

De ce silence endormi

Ô Beauté triste et pensive.